ÉCHANGEUR TRICOT OU LE BARRISSEMENT LAINEUX D’UN MONSTRE DE BÉTON

ÉCHANGEUR TRICOT OU LE BARRISSEMENT LAINEUX D’UN MONSTRE DE BÉTON

Un cri, une pulsion, un projet fou qui travaille les entrailles ! Ca fait deux ans que l’idée de recouvrir un des piliers de l’échangeur Turcot pousse et se profile dans nos tripes. Ca te tente-tu d’absorber un peu de couleurs, vieux pachyderme ? Pour toi un coup d’éclat, Ô mastodonte : t’accorder avec les nuages, c’est toute une strophe de poésie urbaine !

C’est surtout le cri d’un remue-ménage urbain dégueulasse. Nul doute que la destruction d’un pan d’un des plus anciens quartiers de Saint-Henri au profit d’un projet autoroutier contribuera à la dévitalisation d’une communauté et de son tissu social. Aussi nous voulons apporter notre soutien à l’ensemble des citoyens ancrés dans un milieu de vie que l’on veut détruire au prix de métrages de béton supplémentaires, supposés améliorer la mobilité (question de vagues économiques ?) Entends-tu la complainte de la triste mine, cher titan de ciment et d’acier ? L’affaissement de ton squelette attire les loups dans ton repaire. Sous prétexte de te soutenir, c’est tout un quartier qui risque la mort. Nous nous joignons aux revendications de Mobilisation Turcot, armée de fibres et de la générosité des habitants(es). Nous voulons aider à la mise en évidence des conséquences désastreuses d’une construction en dépit de la raison. Pas de répit pour ces vandales et non à l’appauvrissement des milieux avoisinants : la dimension sociale de ta renaissance, géant Turcot, reste la condition sine qua non d’un aménagement réellement durable.

Il aura fallu retrousser les manches et s’armer de solidarité : aiguilles qui dépotent, crochets chapardeurs, fibres excitées et surtout une aventure profondément humaine. Peux-tu imaginer, toi le colosse aggloméré, toutes ces mains habiles et fébriles qui nouent et entrelacent les fils de la créativité ? Les points se transforment en rangs, les rangs en pieds prêts à se rejoindre, saisissant la voie des airs pour venir constituer un empilement d’émotions intenses et à déballer en toute humilité. Littéralement de France et de Navarre, nous avons reçu des dizaines de paquets intrépides, des mots d’encouragement, et de belles participations altruistes. Nous ne saurons assez remercier toutes ces initiatives, ces quelques grammes de douceur à nouer ensemble pour t’habiller. Nous sommes fières de constater qu’une fois de plus le tricot est du lien social à l’état pur. Nul besoin de rationaliser cette réalité : je tricote, tu crochètes, nous tissons… Intergénérationnelle, interclasses, intersubjective, l’utilisation des fibres laineuses est assurément un gage de connexion humaine, beau pied de nez à nos tendances à une communication désincarnée. Nous en voulons pour preuve l’harmonie des rencontres improbables entre tricoteurs(euses) débutants(es) et confirmés (es), artistes du fil en tous genres, toutes ces petites mains de l’ombre qui nous ont confié amour et volupté. La danse internationale des pieds carrés pour l’échangeur tricot se résume bien ainsi : continuons de mettre de la folie douce et colorée dans les paysages urbains, afin de combattre la grisaille qui embrume les cerveaux faussement cartésiens de décideurs bien mal avisés.

Au nom de tous et toutes vive le tricot !

Image

Image

Image

Image

Photos by Tricot pour la paix et Colin Earp-Lavergne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s